Par Yannick LOPEZ

Vif rebond des actions vs prudence des taux

Yannick Lopez, Directeur de la gestion taux chez OFI Asset Management, compare le vif rebond des actions depuis le début de l'année à la prudence dont fait preuve le marché obligataire
BFM Business - Intégrale Bourse 25/02/2019

Yannick Lopez, Directeur de la gestion taux chez OFI Asset Management

Le marché actions était très spectaculaire ce matin en Asie : la bourse de Shanghai et les autres indices chinois ont gagné entre 5% et 6%. Wall Street était à près de 4% de ses plus hauts historiques.
Parallèlement, l’enthousiasme sur les marchés obligataires est un peu plus mesuré.

Depuis le début de l’année, les semaines se suivent et se ressemblent, accompagnées d’un sentiment de plus en plus positif et constructif qui se traduit par des marchés actions en hausse d’environ 10%, que ce soit en Europe ou aux Etats-Unis.
Les matières premières montent, les spreads de crédit (prime de risque sur les émetteurs) se compressent fortement, les devises émergentes pour la plupart sont en hausse par rapport au dollar… Et malgré tout, les taux d’intérêt sont au plus bas en termes de rendement, notamment le 10 ans allemand qui, depuis quelques jours, se situe autour de 0,10%.
La situation est assez paradoxale car après une fin d’année catastrophique pour les marchés d’actifs risqués au profit du 10 ans allemand, suivie de 6 semaines de vifs rebonds de ceux-ci, le taux allemand aurait dû en toute logique remonter un peu.

Face à la dette allemande qui est très clairement surachetée, est-il possible à court terme de voir les taux corriger un petit peu, au regard de l’optimisme affiché par les investisseurs et les marchés actions ?

Sur les 6 premières semaines de l’année, tous les facteurs étaient réunis pour que les taux d’intérêt allemands remontent et pourtant aucune hausse ne s’est produite. C’est même l’inverse qui s’est produit.
La raison qui pourrait expliquer ce phénomène est la réelle dichotomie entre la perception du marché obligataire et celle des autres marchés : les avancées des négociations entre les Etats-Unis et la Chine qui pourraient aboutir à un accord sont saluées par les marchés actions pendant que le marché obligataire fait preuve de prudence, en raison des précédents retournements de situation notamment dus à l’attitude de Donald Trump. Le dossier du brexit se trouve toujours dans un « grand flou » malgré une possible extension de l’article 50 qui réduirait le risque de « no-deal ». La situation économique en zone Euro, selon les dernières statistiques, semblent se stabiliser après une forte décélération mais le momentum reste plutôt négatif.
On peut donc observer d’un côté l’optimisme des actifs risqués qui ont énormément souffert en fin d’année dernière et qui rebondissent, et de l’autre, un marché obligataire qui attend la concrétisation de ces éléments soit disant positifs avant de se « renormaliser » car 0,10% sur le taux 10 ans allemand est un niveau assez déconnecté de la réalité de marché.