Par Benjamin LOUVET

Total annonce la découverte d'un gisement majeur en eaux profondes dans le Golfe du Mexique

Benjamin Louvet, Gérant des Matières Premières chez OFI AM, sur BFM Business, le 31 janvier 2018 : Total annonce la découverte d'un gisement majeur en eaux profondes dans le Golfe du Mexique
BFM Business - Intégrale Bourse 31/01/2018

Benjamin Louvet, Gérant matières premières chez OFI AM, intervient suite à l'annonce de Total sur la découverte d'un gisement majeur dans le Golfe du Mexique.

Total a annoncé, ce matin, la découverte d’un gisement majeur en eaux profondes dans le Golfe du Mexique. Deux gisements ont également été découverts par BP en mer du Nord britannique.

Benjamin Louvet : « Le Golfe du Mexique est une zone riche en pétrole donc la découverte de Total à cet endroit est une bonne nouvelle. Ce n’est cependant que le tout début de la phase d’exploration : un trou vertical a traversé une poche de pétrole de 200 mètres de large (selon Total) ; des forages à l’horizontal vont devoir être réalisés afin d’estimer la largeur de ce champ pétrolifère.
La découverte d’un nouveau gisement important est plutôt de bonne augure car il n’y en a pas eu depuis très longtemps et l’inquiétude s’installe à propos de la taille des gisements découverts ces dernières années dont le taux de remplacement des réserves est relativement faible depuis au moins 5 à 6 ans. »

2017 a été une année de « désert » en matière de découvertes de nouveaux gisements. A quel moment allons-nous payer ce manque de renouveau ?

Benjamin Louvet : « L’année dernière, 7 milliards de barils équivalent pétrole ont été trouvés sur l’ensemble de la planète. Ce chiffre peut sembler énorme mais pour comparaison, la consommation mondiale de barils en 2017 s’est élevée à 35 milliards de barils. Cela signifie qu’à peine 20% de la consommation de l’année dernière a été remplacé. 7 milliards de barils est le plus faible chiffre depuis 1947 (70 ans).
L’annonce de Total (ou de BP) est encourageante mais il faut attendre l’estimation de la taille du gisement découvert pour savoir si il sera suffisant à la constitution d’un nouveau gisement de remplacement pour ceux qui, chaque année, diminuent en termes de capacité de pétrole à produire.
Pour combattre cette déplétion naturelle, il faut trouver de nouveaux gisements et les exploiter mais les investissements font défaut depuis 3 ans. »