Par Eric TURJEMAN

Semaine cruciale pour le Brexit - 20 000 créations de postes en février aux USA

BFM Business - Intégrale Placements, le face à face 12/03/2019

Le face à face, présenté par Guillaume Sommerer sur BFM Business, a opposé Eric Turjeman, Directeur des Gestions Actions et Convertibles chez OFI AM, et Pierre Sabatier, Président de Prime View.

Une semaine cruciale pour le Brexit - Eric Turjeman, Directeur des Gestions Actions et Convertibles chez OFI AM

Une semaine cruciale pour le Brexit

Cette semaine qui débute à la hausse avec +0,2% sur le CAC 40 va être ponctuée par des événements à enjeux tels que brexit (énormément de votes prévus au Parlement britannique), l’assimilation des annonces de la BCE, les chiffres de l’emploi américains…
Au vu de leurs niveaux actuels, les marchés bénéficient-ils encore d’un potentiel de progression ?

Chez OFI Asset Management, nous étions positifs sur les actions début 2019, estimant que les marchés avaient exagéré en priçant une récession en fin d’année dernière.
Depuis, nous sommes repassés neutre car selon nous, la progression des marchés a été trop rapide, le CAC 40 étant passé de 4600 à 5200 en un mois et demi environ. Malgré des ratios de valorisation dans la moyenne des dix dernières années, beaucoup de doutes subsistent, notamment en qui concerne le brexit, et les marchés doivent dès à présent et définitivement intégrer le fait que la croissance mondiale va rester relativement faible car il y a peu de chance que dans les mois à venir, de bonnes nouvelles se profilent de ce côté-là.
Alors, dans un contexte où les croissances de bénéfices vont être quasiment nulles dans les années à venir, le marché est-il à son prix ou non ? Le facteur positif repose sur l’existence d’un rendement (les actions procurent en Europe 4% de rendement environ) avec un niveau des taux à zéro. Doit-on acheter des entreprises dont la croissance va être problématique mais avec un rendement de 4% ou accepte-t-on de percevoir un rendement sans risque proche de zéro ?

20 000 créations de postes en février aux Etats-Unis - Eric Turjeman, Directeur des Gestions Actions et Convertibles chez OFI AM

20 000 créations de postes en février aux Etats-Unis

Le coup d’arrêt des chiffres de l’emploi américains avec à peine 20 000 créations de postes peut décevoir mais dans le même temps, les chiffres d’augmentation des salaires atteignent un niveau de hausse jamais vu en dix ans…
Comment la Fed, qui s’est montrée très accommodante, pourra réellement l’être avec de telles hausse de salaires, pendant que le ralentissement économique se confirme ?

Selon moi, la Fed ne modifiera pas sa politique. Elle avait envisagé de remonter ses taux mais y a renoncé face au ralentissement mondial. Le cas des Etats-Unis diffère car dans un contexte de plein-emploi, l’apparition de la moindre pression entraîne une hausse des salaires. Mais ils ne pourront pas être le seul moteur pour tirer la croissance du monde entier.
En Europe, la croissance s’annonce très faible pour beaucoup d’années : la Banque Centrale Européenne a revu les trois années à venir à la baisse.
La Chine subit un ralentissement logique : elle va certainement se poser autour de 6%, puis dans les années arrivera à 5% et se stabilisera à 3% ou 4% à l’images des autres économies.

Nos thèmes associés