Par Alain PITOUS

Quel portefeuille adapté face aux enjeux climatiques ?

Alain Pitous, Directeur de la Finance Responsable chez OFI AM, répond à la question : quel portefeuille adapté face aux enjeux climatiques ?
BFM Business - Intégrale Bourse, Sommet BFM Patrimoine 07/10/2019

La construction d'un portefeuille adapté aux enjeux climatiques et à la transition énergétique nécessite, dans un premier temps, une identification des différents risques. Devant les multiples approches possibles pour y parvenir, le Groupe d’Experts Intergouvernemental sur l’Evolution du Climat (GIEC), à travers les travaux menés par des scientifiques dans le monde entier, met en perspective les activités humaines et les modifications récentes du climat.

Aujourd’hui, il existe donc un consensus qui fait foi aujourd'hui sur les différentes trajectoires à prendre, y compris en ce qui concerne le secteur financier.
97% des scientifiques dans le monde donnent le quitus au GIEC sur ses conclusions.
Et sans faire preuve de dogmatisme, si l'environnement financier et la réglementation signalent un problème potentiel, ne pas l'analyser ni en tenir compte dans ses actes de gestion peut se révéler dévastateur en termes de performance. Les entreprises exclues de nombreux fonds et d'investissements depuis maintenant 10 ans (phénomène d'éviction), notamment dans l'industrie du pétrole, du charbon et du tabac, affichent bien souvent des performances boursières décevantes.

La deuxième étape repose sur la mesure des risques climatiques qui se base fréquemment sur un scénario central ou un scénario « catastrophe » (récurrence d'événements climatiques dans une zone définie).

Tous les investisseurs tentent d'éliminer les risques extrêmes.

La construction d'un portefeuille adapté aux enjeux climatiques est aussi une opportunité d'investissement car les entreprises qui investissent pour demain s’avèreront très certainement les plus résilientes et finalement les plus porteuses à terme. La plupart des fonds autour du climat mettent l'accent soit sur la protection, soit sur la recherche d'opportunités.
Au vu des dernières études sur l'analyse des rapports annuels des entreprises du CAC 40, le travail sur les données autour du climat a considérablement évolué en 18-24 mois :

  • Les entreprises communiquent de manière très détaillée (émissions de gaz carbonique).
  • Les reportings sont beaucoup plus précis, notamment aussi parce que la loi l'impose.
  • Les entreprises s'engagent…et tout l’enjeu pour l’investisseur est de bien s’assurer que les engagements sont respectés !

A la construction d'un portefeuille sur le thème des enjeux climatiques, l’idée n’est pas uniquement d’investir dans les Best-in-Class (entreprises les mieux positionnées) mais aussi en complément de rechercher des entreprises qui s'engage sur une trajectoire crédible.
Investir dans des entreprises « low carbon » constitue une approche possible, mais ce genre de portefeuille affiche un biais « croissance » et les valeurs concernées ont déjà bien performé ces dernières années.
Si on cherche à avoir un réel impact sur le climat il peut être préférable d'investir dans des entreprises aujourd’hui plus polluantes mais dont les perspectives d’amélioration sont importantes. Il s’agit bien sûr d’investissements à long-terme.

Chaque typologie de clientèle a son rôle à jouer dans le changement climatique et la transition énergétique :

  • Un investisseur institutionnel a une logique à long-terme et diversifiée en sélectionnant les « meilleurs élèves » de plusieurs secteurs.
  • Un investisseur privé se dirigera plus aisément vers une thématique en investissant dans des entreprises dont l’activité profite (de manière responsable !) de la situation .

Nos thèmes associés