Quel accord à l'OPEP ?

Benjamin Louvet, Gérant des Matières Premières chez OFI AM, sur TV Finance, le 30 novembre 2017 : quel accord à l'OPEP ?
TV Finance - Direct Marchés 30/11/2017

Benjamin Louvet, Gérant matières premières chez OFI AM, fait le point sur l'accord qui se profile à l'OPEP.

« Nous avons eu écho ce matin de la position favorable de l’Iran envers la prolongation de la réduction de production de pétrole jusqu’à la fin de l’année 2018. En Russie, Alexander Novak, Ministre de l’Energie, est également en accord avec cette réduction et les saoudiens aussi. La baisse de production semble donc actée.
Ce qui va importer maintenant c’est ce qui va se passer à côté c’est-à-dire les règles qui entourent cet accord et les nouveautés que pourrait annoncer l’OPEP.

Dans cette réunion, l’OPEP a pour vocation de donner de la visibilité au marché pour éviter trop de volatilité sur les cours du pétrole (problématique identique à celle de la Fed sur la politique des taux d’intérêt).
L’OPEP et les pays alignés ont invité un certain nombre de nouveaux pays non participants à cet accord comme la Bolivie, le Turkménistan ou encore le Congo, afin de montrer un engagement fort des pays signataires, pouvant éventuellement être rejoints par d’autres.

Que va-t-il se passer pour la Libye et le Nigéria ? Ces pays avaient été exclus de l’accord-cadre signé car leur production avait subi une forte baisse. On leur avait cependant laissé la possibilité de revenir à un niveau de production important. Aujourd’hui, leurs niveaux redeviennent légitimes et certains pays de l’OPEP ainsi que la Russie souhaiteraient qu’éventuellement soit fixé un cap de production à ces deux pays. La Libye pourrait être concernée car elle est très proche des objectifs de production qu’elle avait mentionnées. Cette décision pourrait donc donner de la visibilité. Sans réduire la production, cela permettrait de contrôler son augmentation et de vérifier que celle-ci ne passe pas au-delà d’un certain niveau.

Dernier facteur important, les russes ont demandé un certain nombre de gages car ils ne veulent pas se voir réduire leur production pendant que les pétroles de schiste, notamment aux Etats-Unis, augmentent la leur si le prix du pétrole remonte suffisamment… »

Voir la vidéo