Point Marchés - Mai 2017 -

Point marchés

Alors que les chiffres macroéconomiques publiés en avril aux états-Unis manquaient un peu de saveur, marqués par des effets météorologiques difficiles, en Europe, les indicateurs avancés pointaient tous vers une accélération de la croissance. Ainsi, la zone Euro réservait depuis le début de l’année le plus de surprises économiques positives dans le monde.

Cependant, l’attention des investisseurs était ailleurs, les yeux rivés, une fois n’est pas coutume, sur la France, à l’approche des élections présidentielles, voyant dans celles-ci un événement déterminant pour l’avenir de l’Europe et de l’Euro. Les publications de sondages d’opinions donnant quatre candidats au coude-à-coude, dont deux europhobes, étaient sources d’incertitude et de tensions sur les marchés financiers. L’annonce de la qualification au second tour de Monsieur Macron, désormais favori, face à Madame Le Pen, écartant de facto le choc des extrêmes, fut accueillie avec soulagement et saluée par un vif rebond des marchés actions et une nette détente des taux souverains français.

Le risque politique en France apaisé, il est probable que les investisseurs tourneront progressivement leur regard vers l’Italie où la situation n’a pas évolué et le Royaume-Uni où Theresa May appelait à des élections législatives anticipées en juin, espérant conforter sa position afin de négocier au mieux la séparation de l’Union Européenne.

Dans le même temps, la Banque Centrale Européenne se voulait rassurante, répétant être décidée à maintenir sa politique monétaire accommodante pour un bon moment. En Chine, la croissance du PIB affichée à +6,9% au 1er trimestre venait confirmer la stabilisation de l’économie de l’Empire du Milieu.

Seule ombre au tableau dans ce paysage relativement dégagé, le regain de tensions géopolitiques à la fois en Syrie et en Corée du Nord où les Etats-Unis cherchaient à montrer leur fermeté.

Dans cet environnement, le dollar poursuivait son repli (-2,21%) face à l’euro pour terminer la période à quasiment 1,09$ pour 1€. La reprise de production du pétrole non conventionnel et la reconstitution des stocks américains pesaient de nouveau sur les prix du baril, le WTI perdant en avril 2,5% à 49$. Enfin, du côté des entreprises, les nombreuses publications trimestrielles étaient, en grande partie, de bonne facture, confirmant les anticipations positives des analystes.

Ainsi, sur le mois, les marchés actions de la zone Euro poursuivaient leur ascension : l’EuroStoxx à +2,00%, le CAC 40 à +2,83%, le DAX à +1,02%, le FTSE à -1,62% (en £) et le S&P 500 à +0,91% (en $).

Source des indices cités : www.bloomberg.com
Les chiffres cités ont trait aux années écoulées. Les performances passées ne sont pas un indicateur fiable des performances futures.
Investir sur les marchés actions comporte des risques, notamment un risque de perte en capital.
Ce document est destiné exclusivement à des clients non professionnels au sens de la Directive MIF. Il ne peut être utilisé dans un but autre que celui pour lequel il a été conçu et ne peut pas être reproduit, diffusé ou communiqué à des tiers en tout ou partie sans l’autorisation préalable et écrite d’OFI Gestion Privée Aucune information contenue dans ce document ne saurait être interprétée comme possédant une quelconque valeur contractuelle. Ce document est produit à titre purement indicatif. Il constitue une présentation conçue et réalisée par OFI Gestion Privée à partir de sources qu’elle estime fiables. OFI Gestion Privée se réserve la possibilité de modifier les informations présentées dans ce document à tout moment et sans préavis qui ne constitue en aucun cas un engagement de la part d’OFI Gestion Privée. OFI Gestion Privée ne saurait être tenue responsable de toute décision prise ou non sur la base d’une information contenue dans ce document, ni de l’utilisation qui pourrait en être faite par un tiers. Dans le cadre de sa politique de responsabilité sociétale et conformément aux conventions signées par la France, OFI Gestion Privée exclut des fonds qu’elle gère directement toute entreprise impliquée dans la fabrication, le commerce et le stockage de mines anti-personnel et de bombes à sous munitions.