POINT MARCHÉS par Jean-Marie Mercadal

Jean-Marie Mercadal
Jean-Marie MERCADAL
Directeur Général Délégué
en charge des gestions

OFI ASSET MANAGEMENT

Le mois de septembre, statistiquement l’un des moins bons, a été très positif pour les marchés cette année, et particulièrement sur les actions : pratiquement toutes les places boursières clôturent le mois en hausse : +2% pour l’indice S&P 500 (tous les principaux indices US ont battu leurs records historiques), +4% pour les actions de la zone euro (4,9% pour le CAC 40) et 4% pour les actions japonaises. Seules les actions émergentes se stabilisent dans leur ensemble, mais après une première partie de l’année très positive, avec une progression de près de 20%. Parallèlement, les rendements obligataires ont remonté de 15 à 20 points de base sur les titres long terme à 10 ans, ce qui montre que les investisseurs craignent moins le scénario de déflation. Notons également que le dollar s’est stabilisé en septembre à moins de 1,20 contre l’euro, après une baisse assez rapide cet été.

Ces tendances positives reposent sur deux paramètres essentiels :

1- La croissance : la tendance positive se confirme et il n’y a pratiquement plus de pays en récession dans le monde. Aux Etats-Unis, la croissance se stabilise au-dessus de 2% après un cycle très long, et de nouveaux espoirs ont vu le jour : il y a désormais des chances non négligeables qu’une réforme fiscale soit adoptée dans les prochains mois, avec comme principales mesures une baisse de l’IS de 35% à 20% et un taux réduit sur le rapatriement des capitaux des entreprises détenus à l’étranger. Pour le reste, la zone euro continue à accélérer de manière synchronisée entre les pays. La zone est dans sa meilleure forme depuis 10 ans, avec un taux de croissance qui a atteint 2,5% en rythme annuel au deuxième trimestre. La croissance pourrait ainsi se situer autour de 2% cette année. Au final, la croissance mondiale sera très probablement supérieure à 3,5% cette année et l’année prochaine

2- Les bénéfices des entreprises : le contexte macro-économique positif se répercute naturellement sur les entreprises. Pour la première fois depuis plusieurs années, les prévisions de résultats des entreprises réalisées en début d’année ont de fortes chances d’être atteintes aux Etats-Unis comme en Europe. Les dernières publications et « guidances » des chefs d’entreprises sont rassurantes de ce point de vue. En zone euro, les bénéfices vont progresser de près de 15% en masse en 2017 et sont attendus à +8% en 2018. Aux Etats-Unis, la progression des bénéfices agrégés de l’indice S&P 500 sera de 11% cette année et est attendue à +10% l’année prochaine. Elle pourrait être revue à la hausse selon les mesures fiscales prises.

Dans ce contexte, les marchés se préparent à une normalisation des politiques monétaires, mais qui s’annonce très progressive. Un relèvement de 25 points de base des Fed Funds (bons du trésor américains) est attendu en décembre, ce qui les portera à 1,50%. Aucune modification des taux directeurs n’est anticipée en zone euro et le niveau de l’Eonia (indice de référence pour les taux monétaires) devrait rester négatif autour de -0,3%. Des précisions sur les programmes d’achats de titres par les banques centrales sont attendues au cours des prochaines semaines.

Source des indices cités : www.bloomberg.com
Les chiffres cités ont trait aux années écoulées. Les performances passées ne sont pas un indicateur fiable des performances futures.
Investir sur les marchés actions comporte des risques, notamment un risque de perte en capital.


Documentation à caractère non promotionnel
destinée exclusivement à une clientèle non professionnelle au sens de la Mif