Par Jean-Marie MERCADAL

Perspectives de marchés et allocation - Avril 2018

Nous venons de vivre un mois d’avril a priori paradoxal car les marchés actions viennent de regagner de manière assez impressionnante entre 5% et 7% depuis leur plus bas de mars alors que se manifestent une succession de risques potentiels comme la guerre commerciale entre les Etats-Unis et le reste du monde, les normalisations des politiques monétaires et les remontées des taux d’intérêts, les questions sur les GAFA et surtout un ralentissement du momentum macroéconomique.

Malgré tous ces événements, les marchés se sont bien comportés. En réalité, il est vrai que le momentum macroéconomique subit un certain ralentissement mais les niveaux de fin de trimestre de l’année dernière étaient trop élevés. L’économie ralentit donc de manière logique mais reste assez saine globalement puisque les perspectives de croissance ont été revues par le FMI à 3,9% pour 2018 et l’année prochaine.
De plus, les résultats des entreprises publiés ces dernières semaines sont très bons et donc les investisseurs regardent la réalité des chiffres avec des entreprises qui font des bénéfices et des valorisations peu élevées sur les marchés, essentiellement en Europe.
Dans ce contexte, chez OFI Asset Management, nous maintenons notre scénario de remontée légère des taux d’intérêts d’ici fin 2018 avec l’objectif d’atteindre 1% sur le Bund. Sur le 10 ans américain, nous pensons que le niveau de 3% va constituer une résistance et se calmer à ce stade.
Dans ces conditions, les actions européennes vont peut-être gagner entre 5% et 10% sur l’ensemble de l’année mais dans un marché qui restera sans doute fortement volatile car il subsiste un certain nombre de facteurs de risque.

Quels sont les évènements qui pourraient remettre en cause ce scénario plutôt positif ?

  • La dégénérescence de la guerre commerciale, hypothèse à laquelle nous ne croyons pas car cette guerre ressemble plus à une posture de façon à négocier.
  • Une baisse trop forte du dollar qui pourrait entraîner une révision à la baisse des résultats des entreprises européennes.
  • Une remontée trop rapide des taux.

Nos thèmes associés