Par Benjamin LOUVET

MBS : valeur sûre ou coup de com ?

Benjamin Louvet, Gérant des Matières Premières chez OFI AM, sur BFM Business dans l'émission Les Décodeurs de l'éco, le 10 avril 2018 : MBS, valeur sûre ou coup de com ?
BFM Business - Les Décodeurs de l'éco 10/04/2018

Benjamin Louvet, Gérant matières premières chez OFI AM, Patrice Fonlladosa, Directeur de la zone Afrique/Moyen-Orient de Veolia, Benjamin Lalanne, Directeur Général de NAOS International, et et Pierre Servent, auteur de "50 nuances de guerre" interviennent sur les démarches de Mohammed Ben Salmane.

Le Prince héritier d’Arabie Saoudite, Mohammed Ben Salmane, clôture aujourd’hui sa visite officielle à Paris. Devenu le sigle « MBS », il se présente comme l'homme qui veut moderniser l'Arabie Saoudite, un pays aux aspects encore trop archaïques, et entend ouvrir le pays au monde : libéralisation de la femme, la diversification de l'économie et l'ouverture vers la culture dans le pays.
Réussira-t-il son pari ? Et si oui, saura-t-il attirer les investisseurs ou encore convaincre les plus conservateurs ? Sa démarche est-elle une valeur sûre ou juste un coup de com ?
MBS a lancé un plan stratégique « vision 2030 », une diversification à marche forcée de l’économie qui repose à 70% sur le pétrole, et veut mettre en vente en 5% de parts le géant pétrolier Aramco.

Benjamin Louvet : « Ce sujet est toujours d’actualité, MBS en a encore récemment parlé en évoquant la date de 2019.
A ce propos, l’Arabie Saoudite a déclaré aujourd’hui avoir un objectif sur le prix du pétrole, aux alentours de 80 dollars le baril. En effet, pour que la cotation d’Aramco soit un succès, le prix du pétrole doit être élevé.
Chez OFI Asset Management, 80 dollars est notre objectif de cours pour fin 2018 depuis le milieu de l’année dernière et ce tout simplement parce que l’OPEP, l’Arabie Saoudite et la Russie aujourd’hui ont mis en œuvre des conditions afin de ramener le prix sur ces niveaux-là compte tenu du manque d’investissement depuis 3 ans.
Quelle est la valeur d'Aramco ?
On parle aujourd’hui d’une introduction de 5% qui pourrait rapporter environ 100 à 200 milliards de dollars, valorisant ainsi la société jusqu’à 4 mille milliards de dollars.
Pour rappel, Aramco détient les droits sur les réserves saoudiennes, les deuxièmes plus grosses réserves au monde derrière le Venezuela, avec 265 milliards de barils de réserves prouvées.
A la différence du Venezuela, ces réserves sont facilement accessibles, elles ont donc de la valeur mais le problème c’est qu’elles n’ont pas bougées depuis plus de 20 ans. On puise à l’intérieur et elles restent officiellement inchangées, simplement parce que de nouvelles ressources seraient trouvées. De réels doutes subsistent quant à ces réserves car aucun audit n’a été réalisé. Donc que vaut réellement Aramco ? »

Nos fonds & expertises associés

Nos thèmes associés