Par Yannick LOPEZ

Marchés obligataires : bilan du mois de septembre

Yannick Lopez, Directeur de la gestion taux chez OFI Asset Management, dresse un bilan des marchés obligataires pour le mois de septembre 2019
BFM Business - Intégrale Bourse 30/09/2019

Yannick Lopez, Directeur de la gestion taux chez OFI Asset Management

Après une semaine à l'ambiance pesante au cours de laquelle les taux ont affiché de nouvelles baisses, les marchés obligataires restent relativement calmes aujourd'hui.

Le mois de septembre a été incroyablement riche pour les marchés obligataires et finalement assez volatile. Le taux 10 ans allemand a atteint un plus bas historique aux alentours de -0,75%, de même pour l'OAT française à -0,40% environ.

La réunion de la Banque Centrale Européenne dont l'actualité a été très riche, notamment avec l'instauration de mesures pour combattre l'inflation jugée trop faible (autour de 1% depuis 5 ans en glissement annuel contre 2% ciblés par la BCE), a laissé place à une "violente" remontée des taux de l'ordre de 25 points de base.
Les Etats-Unis ont également connu des rebondissements durant cette période, notamment en raison de la parution de statistiques en demi-teinte, loin d'être catastrophiques mais parfois inquiétantes. Dans une logique de gestion du risque, la Fed a donc baissé ses taux en septembre, après avoir déjà procédé à une baisse en juillet.

Ces deux grands moments de Banques Centrales ont finalement révélé des scissions au sein même des Comités. En effet, les membres du board américain sont autant à juger nécessaire une hausse de 25 points de base d'ici la fin de l'année que ceux qui, inversement, souhaitent une baisse de même ampleur.
Au sein du board de la BCE, une discorde assez violente en raison des nouvelles mesures annoncées a amené la semaine dernière à la démission de Sabine Lautenschläger, membre permanent du Comité Exécutif. Aucun communiqué officiel n'a mentionné les raisons de son départ mais cette dernière s'est très clairement et publiquement exprimée contre la reprise du Quantitative Easing et plus globalement sur les dernières mesures prises par la BCE.

Le mois de septembre a donc été plutôt riche pour les marchés de taux et n'offre actuellement que très peu de visibilité sur la suite des événements. L'incertitude sur la conjoncture économique reste très marquée même si quelques optimistes peuvent y entrevoir quelques éléments positifs, notamment la publication des chiffres de chômage en Allemagne, en amélioration pour la première fois depuis le mois d'avril.