Marchés actions, jusqu’où ?

Comment expliquer l’euphorie actuelle des marchés actions qui ne cessent de monter ? Peut-on entrevoir une limite à cette hausse ?

Marchés actions

Les marchés européens et, de manière plus générale, les marchés mondiaux viennent de battre leurs plus hauts historiques.

ÉVOLUTION DE L’EURO STOXX TR

Evolution de l'indice Euro Stoxx TR
Source : Europerformance - Données au 31/10/2019

Depuis 25 ans, l’Europe se situe dans un canal haussier qui s’est vu tout de même ponctué de quelques épisodes négatifs, notamment en 2000 et 2007 où se sont produites de fortes corrections de plus de 50%.
Depuis près de 10 mois, le CAC 40 est remonté de plus de 33%, en tenant compte des coupons.
Cet environnement boursier pourrait presque être assimilé à un « krach à la hausse ».

RENDEMENTS ABSOLU ET RELATIF

Rendements absolu et relatif
Source : Factset - Données au 31/10/2019

La tenue des marchés s’explique par l’écart de rendement entre les actions et les obligations.
Les placements obligataires, même sur une durée lointaine et avec une prise de risque plus grande sur les émetteurs (« High Yield »), offrent des rendements toujours très bas et proche de zéro.
Devant cette absence totale de rendement, les investisseurs privilégient donc les marchés actions qui procurent officiellement autour de 3,5% en Europe.

Zones d'attention

Les différentes zones d’attention que sont la guerre commerciale, le Brexit et les conflits géopolitiques, se sont légèrement estompées dans l’inconscient collectif, sans pour autant disparaître, et les marchés profitent de cette accalmie relative.

  • Depuis un mois, la guerre commerciale entre les États-Unis et la Chine présente des signes d’apaisement.
  • Les États membres de l'Union Européenne ont accepté de reporter le Brexit de trois mois et la campagne pour le scrutin anticipé des législatives au Royaume-Uni est lancée.
  • Après les affrontements connus il y a quelques semaines dans le Détroit d'Ormuz, entre l’Arabie Saoudite et l’Iran, le calme semble être revenu d’un point de vue géopolitique.

Marchés de taux

PRÉVISIONS SUR LE TAUX 10 ANS US

Prévisions sur le taux 10 ans US

PRÉVISIONS SUR LE TAUX 10 ANS ALLEMAND

Prévisions sur le taux 10 ans allemand
Source : Bloomberg - Données au 31/10/2019

Depuis 2018, les prévisions de taux à 10 ans de la part des investisseurs (courbes « 10Y forecast ») se montraient toujours supérieures à la réalité (courbes « 10Y US » et « 10Y Allemagne ») mais la tendance s’est récemment inversée. En Europe, les taux allemands à 10 ans se retrouvent aujourd’hui supérieurs aux anticipations pour la fin d’année et 2020.
Les investisseurs ont été surpris par la baisse continuelle des taux qui dure depuis plus de deux ans et le restent encore aujourd’hui face à leur remontée.

Il n’existe aucune certitude sur le fait que les taux restent durablement bas, même en connaissance des raisons structurelles (absence d’inflation, impossibilité pour les Banques Centrales de laisser remonter les taux sous peine de krach obligataire, …). À ce propos, l’OAT, encore négatif la semaine dernière, vient de repasser en territoire positif.

Valorisation des actions

L’évaluation des actions porte sur deux piliers que sont les résultats et le niveau de taux d’intérêt.

MARCHÉS ACTIONS US : BÉNÉFICES PAR ACTION

Marchés actions US : bénéfices par action
Source : Factset - Données au 31/10/2019

Aux États-Unis, les prévisions de croissance sont légèrement revues à la baisse et les résultats 2019 devraient rejoindre ceux de l’année dernière. Aucune hausse des résultats n’est donc prévue entre 2018 et 2019.
Pour 2020, la période est encore trop lointaine pour avancer des estimations. D’une manière générale, les analystes financiers démarrent toujours les prévisions de l’année suivante en anticipant une croissance d’une dizaine de pourcents des profits avant de les revoir progressivement en baisse tout au long de l’année.

En Europe, la situation est identique à celle des États-Unis et malgré une stabilisation sur le dernier mois, les résultats 2019 devraient égaler ceux de 2018.

MARCHÉS ACTIONS ZONE EURO : BÉNÉFICES PAR ACTION

Marchés actions zone Euro : bénéfices par action
Source : Factset - Données au 31/10/2019

Les marchés ont donc monté fortement sans hausse des résultats. Le niveau très bas des taux étant le pilier de la hausse actuelle des marchés, on parle de l’effet TINA (There Is No Alternative) : l’absence d’alternative de rendement a incité les investisseurs à se diriger vers les actions, beaucoup d’entre eux ayant manqué la hausse.
L’année dernière à la même époque, le CAC 40 se trouvait à 4600/4700 points contre 6000 points environ aujourd’hui et ce, sans aucune progression des résultats. En revanche, il a été acté que les taux allaient rester durablement bas, appuyés par l’aide des Banques Centrales.

Exemple d'une valeur : L'Oréal

L’ORÉAL : COURS DE BOURSE VS BÉNÉFICES PAR ACTIONS

L'Oréal : cours de bourse VS bénéfices par actions
Source : Factset - Données au 31/10/2019

Depuis 3 ans, L’Oréal a vu ses profits grimper de 20% (soit 6% à 7% par an) quand son cours de bourse s’est envolé de 60%.

L’ORÉAL : PE

L'Oréal : PE
Source : Factset - Données au 31/10/2019

Son multiple de capitalisation des bénéfices (PER) a grimpé fortement. Les profits de L’Oréal étaient payés 22x il y a 5 ans contre 31x aujourd’hui.

« Jusqu’où les actions peuvent-elles encore monter ? » est une question à laquelle il est très compliqué de répondre car le contexte ne repose plus sur des fondamentaux mais sur l’appréciation sur un prix donné à des actifs. Les actions sont censées procurer des résultats et l’actionnaire va être associé à la rentabilité de l’entreprise à travers les dividendes qui lui sont versés. Les investisseurs continueront d’investir sur les actions tant qu’ils auront la certitude que les dividendes restent supérieurs aux taux des obligations.

Aujourd’hui, les marchés ne sont donc plus portés par des fondamentaux mais par l’absence d’alternative et cette situation inconfortable dure depuis le mois de juin.
L’année dernière, OFI AM était très positif sur les marchés actions puis, à 5500 sur le CAC 40, nous avons considéré que les fondamentaux ne justifiaient plus cette hausse.

Conclusions

Les marchés actions sont portés par une détente de la prime de risque (guerre commerciale sino-américaine, Brexit et conflits géopolitiques) mais surtout par l’effet TINA, c’est-à-dire le manque d’alternative.
Dans ce contexte, OFI Asset Management conseille la prudence et avertit les investisseurs sur les risques d’investissements unidirectionnels sur les actions, le passé ayant prouvé que les marchés pouvaient subir des phases d’à-coups.

OFI AM recommande des solutions convexes et donc de conserver une protection en cas de baisse des marchés car une consolidation de 10%, ramenant les niveaux actuels à ceux du mois d’août, est tout à fait envisageable.
Et dans contexte, OFI AM propose plusieurs offres d’investissements :

  • Les obligations convertibles permettent de bénéficier à la fois de la hausse des marchés si les actions continuaient à monter - et d’un parachute, par le biais d’un rendement obligataire, si à l’inverse, les marchés consolidaient fortement.
  • Les actions couvertes profitent également de la hausse des marchés tout en conservant une assurance qui, en cas de fortes baisses, limiterait la baisse du placement.

Enregistrement effectué le 08/11/2019

Les chiffres cités ont trait aux années écoulées. Ces placements permettent de profiter du potentiel de performance des marchés financiers en contrepartie d’une certaine prise de risque. Le capital investi et les performances ne sont pas garantis et il existe un risque de perte en capital.

Ce document à caractère promotionnel est destiné à des clients non professionnels au sens de la Directive MIF. Il ne peut être utilisé dans un but autre que celui pour lequel il a été conçu et ne peut pas être reproduit, diffusé ou communiqué à des tiers en tout ou partie sans l’autorisation préalable et écrite d’OFI Asset Management. Aucune information contenue dans ce document ne saurait être interprétée comme possédant une quelconque valeur contractuelle. Ce document est produit à titre purement indicatif. Il constitue une présentation conçue et réalisée par OFI Asset Management à partir de sources qu’elle estime fiables. Les liens vers des sites web gérés par des tiers, présents dans ce document ne sont placés qu'à titre d'information. OFI Asset Management ne garantit aucunement le contenu, la qualité ou l'exhaustivité de tels sites web et ne peut par conséquent en être tenue pour responsable. La présence d'un lien vers le site web d'un tiers ne signifie pas qu’OFI Asset Management a conclu des accords de collaboration avec ce tiers ou qu’OFI Asset Management approuve les informations publiées sur de tels sites web. Les perspectives mentionnées sont susceptibles d’évolution et ne constituent pas un engagement ou une garantie. Le(s) fonds mentionné(s) dans le document a/ont été agréé(s) par l’AMF ou la CSSF et est/sont autorisé(s) à la commercialisation en France et éventuellement dans d’autres pays où la loi l’autorise. Préalablement à tout investissement, il convient de vérifier si l’investisseur est légalement autorisé à souscrire dans le fonds. Le DICI (Document d’Informations Clés pour l’Investisseur) doit être obligatoirement remis aux souscripteurs préalablement à la souscription. Les règles de fonctionnement, le profil de risque et de rendement et les frais relatifs à l’investissement dans un fonds sont décrits dans le DICI de ce dernier. Le DICI et les derniers documents périodiques sont disponibles sur demande auprès d’OFI Asset Management. Les chiffres des performances citées ont trait aux années écoulées. Les performances passées ne sont pas un indicateur fiable des performances futures. OFI Asset Management se réserve la possibilité de modifier les informations présentées dans ce document à tout moment et sans préavis. OFI Asset Management ne saurait être tenue responsable de toute décision prise ou non sur la base d’une information contenue dans ce document, ni de l’utilisation qui pourrait en être faite par un tiers. Dans l’hypothèse où un fonds fait l’objet d’un traitement fiscal particulier, il est précisé que ce traitement dépend de la situation individuelle de chaque client et qu’il est susceptible d’être modifié ultérieurement.

Nos thèmes associés