Par Benjamin LOUVET

L'Iran est le troisième plus grand producteur de pétrole des pays membres de l'OPEP

Benjamin Louvet, Gérant des Matières Premières chez OFI AM, sur BFM Business, le 3 janvier 2018 : l'Iran est le troisième plus grand producteur de pétrole des pays membres de l'OPEP
BFM Business - Intégrale Bourse 03/01/2018

Benjamin Louvet, Gérant matières premières chez OFI AM, intervient sur les événements en Iran.

Grégoire Favet : « L’Iran est le 5e producteur de pétrole dans le monde. La situation de tensions sociales, politiques, inédite depuis près de 10 ans dans le pays, oblige à s’intéresser à l’impact possible sur le marché pétrolier. La situation iranienne pourrait-elle générer des pressions à la hausse supplémentaires sur le pétrole ? »

Benjamin Louvet : « L’Iran est un gros producteur, au coude-à-coude avec la Chine. Avec pratiquement 3,8 millions de barils produits chaque jour, il représente une part importante de la production mondiale.
Les événements en Iran ne peuvent pas avoir d’impact pour le moment parce qu’ils se sont déroulés dans des villes secondaires en termes d’importance. L’économie iranienne est très centrée sur Téhéran et les manifestations ont eu lieu loin des zones de production : Machhad, Arak, Kermanshah.
L’Iran est privilégié géographiquement en termes de production pétrolière car l’ensemble de ses champs pétroliers se trouvent sur la frontière occidentale du pays, au bord du Golfe Persique.
L’Iran est avantagé par sa position au bord de la zone d’exportations directes du pétrole qui est peu soumise aux pressions. Dans certains pays comme la Lybie, des groupuscules s’attaquent à des pipelines. En Iran, les pipelines en Iran servent à amener le pétrole à l’intérieur du pays pour sa consommation propre.
L’essentiel de la raffinerie iranienne se trouve donc sur sa façade occidentale dans une zone où la baisse des exportations est peu envisageable, à part si une grève générale venait à toucher le secteur pétrolier.
La question qui se pose aujourd’hui c’est d’où viennent ces manifestations et quelles sont leurs revendications ? Ce mouvement populaire a surpris beaucoup de monde car il est mené par des gens dits de la « classe basse ». Certains se demandent si ces événements n’ont pas été orchestrés par des puissances étrangères. Chez OFI Asset Management, nous pensons que le mouvement est naturel car il revendique essentiellement un manque d’efficacité du gouvernement qui est réformateur et plutôt favorable à l’Occident. Organiser des mouvements de rebellions contre ce gouvernement de la part des puissances étrangères reviendrait à redonner du pouvoir aux conservateurs qui eux sont défavorables à une ouverture sur l’Occident. Donc, à moins de vouloir embraser la zone, ce ne serait pas un bon calcul. »