Par Eric VAN LA BECK

Les recommandations du HLEG sur la finance durable engagent la responsabilité des gérants

Eric Van La Beck, Directeur de la recherche et du développement ISR chez OFI AM - L'interview Finance sur L'Agefi TV, le 5 février 2018 : les recommandations du HLEG sur la finance durable engagent la responsabilité des gérants
Agefi TV - L'interview finance 05/02/2018

Eric Van La Beck, Directeur du pôle ISR chez OFI AM, intervient à propos des recommandations du HLEG sur la finance durable (High Level Expert Group ou groupe d’experts de haut niveau) qui engagent la responsabilité des gérants.

Le HLEG sur la finance durable a rendu son rapport fin janvier. Quel est l’accueil par les professionnels ?

Eric Van La Beck : « Tout d’abord, je suis ravi que la Commission Européenne regroupe et reprenne un certain nombre de recommandations apparues dans d’autres rapports émanant d’autres groupes de travail.
Ce qui ressort c’est que la Commission Européenne a bien identifié que les réglementations financières et celles de l’épargne peuvent aujourd’hui être un frein à l’intégration des critères ESG dans les décisions d’investissement et l’information au public et que pour ces raisons, la question de la responsabilité fiduciaire des investisseurs doit être résolue en y intégrant les enjeux ESG.
Il existe deux sortes de recommandations, notamment celles qui vont immédiatement dans le bon sens pour les asset managers à l’image d’OFI AM pratiquant l’ISR.
La première recommandation concerne la transparence demandée aux entreprises non financières en ligne avec le chapitre 4 de l’article 173 de la Loi sur la transition énergétique.
La deuxième est un set de recommandations regroupant un langage commun à propos des investissements verts, une définition, une taxonomie très claire qui doit permettre d’entraîner les particuliers dans l’ESG et ce parce que ce rapport contient des propositions comme un standard minimum pour des fonds ISR et des obligations de clarté vis-à-vis des investisseurs. Ces éléments favorisent l’investissement des particuliers dans les fonds ESG qui aujourd’hui ne représente qu’une part congrue et un potentiel de développement très important.
Ces recommandations modifient l’appréciation portée sur le risque, élément fort à mettre du côté des travaux à mener par les institutions financières, investisseurs ou asset managers.
Les critères ESG vont être pris en compte au plus haut niveau de ces entreprises pour devenir un élément constitutif de celles-ci car le rapport évoque l’alignement des « incentives » sur la mise en œuvre de ces questions ESG.
L’analyse du risque, la transformation de la gouvernance et la prise en compte par les instances dirigeantes des asset managers et des asset owners qui figuraient dans le rapport de la TCFD (Task Force on Climate-related Financial Disclosures) ont été reprises très clairement dans le rapport du HLEG qui vient d’être publié. »