Par Yannick LOPEZ

Les investisseurs semblent envisager des issues plus positives sur le Brexit et la guerre commerciale

Yannick Lopez, Directeur de la gestion taux chez OFI Asset Management, analyse la situation des taux d'intérêt et le positionnement des investisseurs qui semblent envisager des issues plus positives sur le Brexit et la guerre commerciale
BFM Business - Intégrale Bourse 04/11/2019

Yannick Lopez, Directeur de la gestion taux chez OFI Asset Management

Aujourd’hui, le marché obligataire affiche un léger recul face à la hausse des actions et ce, de manière assez logique. En effet, le retour de l'appétence au risque entraîne la remontée des actifs sans risque, les taux souverains, et donc la baisse des obligations.

Les taux d’intérêt remontent légèrement en raison des événements intervenus la semaine dernière que les marchés tentent de digérer :

  • De nombreuses statistiques macroéconomiques ont été publiées aux Etats-Unis et en Europe.
  • La Fed a entériné une troisième baisse des taux tout en indiquant sa satisfaction de leurs niveaux actuels et risque donc de se positionner en mode « wait and see » d’ici la fin de l’année.
  • La guerre commerciale a montré quelques signaux relativement positifs à court terme.
  • Lundi, les députés britanniques ont voté en faveur de la tenue d'élections législatives anticipées le 12 décembre avec une majorité écrasante.

Mais rien n’est définitif et la prudence est de rigueur, notamment en ce qui concerne la dispute commerciale qui, à l’été dernier, avait déjà montré des signes d’apaisement avant de repartir de plus belle. Il est plausible qu’en cas d’accord effectif entre la Chine et les Etats-Unis, les taux d’intérêt pourraient encore légèrement remonter à court terme mais dans l’esprit de tous les investisseurs, la dispute ne fait que commencer.
Les marchés obligataires ont appris à composer avec les incohérences de Donald Trump et trop d’hypothèses restent en suspens pour véritablement dégonfler la prime sur les taux d’intérêt et les faire remonter de façon virulente au-dessus de zéro.

Après un mois de septembre « noir » affichant des taux 10 ans allemands autour de -0,70%, plusieurs baisses des taux anticipées de la part de la Banque Centrale Européenne et une économie mondiale se dirigeant vers une récession, les investisseurs semblent être revenus sur des positions un peu plus neutres sur les taux d’intérêt.