Par Benjamin LOUVET

Le pétrole grimpe encore, les tensions géopolitiques et les anticipations d'inflation soutiennent les cours

Benjamin Louvet, Gérant des Matières Premières chez OFI AM, sur BFM Business, le 28 mars 2018 : le pétrole grimpe encore, les tensions géopolitiques et les anticipations d'inflation soutiennent les cours
BFM Business - Intégrale Bourse 28/03/2018

Benjamin Louvet, Gérant matières premières chez OFI AM, décrypte l'actualité macro-économique.

Le baril de brent est revenu au niveau de 70 dollars environ si l’on se réfère au pétrole de la Mer du Nord. Que se passe-t-il ?

Benjamin Louvet : « En réalité, ce ne sont pas des données fondamentales qui permettent au pétrole de se resituer sur ces niveaux-là. La reconstitution des stocks a effectivement été plus lente que prévue mais, selon les chiffres de l’American Petroleum Institute (API), elle est sur le point de se réaliser. Aux Etats-Unis, des opérations de maintenance dans les raffineries commencent, entraînant dans leur sillage un début de diminution de la consommation de pétrole ce qui devrait peser sur le prix. Le deuxième facteur qui aurait pu impacter le prix, c’est la guerre commerciale que se livre Donald Trump face à la Chine.
La bonne tenue des cours du pétrole annonce le retour de la prime géopolitique sur le prix du pétrole qui avait quasiment disparue car le risque était moindre.
Beaucoup d’intervenants parient sur la possible dénonciation de l’accord nucléaire signé avec l’Iran du fait des remaniements au sein du gouvernement Trump et notamment la mise en place de plusieurs personnalités très ouvertement anti-Iran.»

Le lancement d’un contrat futur sur le pétrole libellé en yuan a eu lieu en début de semaine. Peut-on considérer cet événement comme majeur ?

Benjamin Louvet : « Effectivement, à terme, ce contrat peut potentiellement être un événement majeur.
A court terme, le premier jour, les volumes étaient au rendez-vous et certains gros intervenants du commerce du pétrole tels que Trafigura ou Vitol ont fait savoir qu’ils avaient traité sur ce panier.
Maintenant, la pression commence à retomber et le prix du pétrole, qui s’était jusque-là tenu plutôt proche de celui du brent, se rapproche du prix du WTI.
L’enjeu est la devise de libellé des échanges mondiaux de pétrole. Aujourd’hui, l’essentiel de la demande provient des pays asiatiques. Les chinois tentent de profiter de la situation pour attirer un maximum de trading chez eux dans l’optique de libeller les échanges dans leur monnaie et donner ainsi au yuan un vrai statut international qui pourrait un jour menacer celui du dollar. »