Par Benjamin LOUVET

La vive correction des marchés actions la semaine dernière a entamé la confiance des investisseurs

Benjamin Louvet, Gérant des Matières Premières chez OFI AM, sur BFM Business, le 13 février 2018, dans l'émission le Club de la Bourse : la vive correction des marchés actions la semaine dernière a entamé la confiance des investisseurs
BFM Business - Le Club de la Bourse 13/02/2018

Benjamin Louvet, Gérant matières premières chez OFI AM, Jacques Tebeka, Directeur de la gestion chez Mansartis, et Vincent Lequertier, Gérant senior & responsable de l’allocation d’actifs chez WeSave, interviennent suite à la vive correction des marchés actions la semaine dernière.

Sommes-nous toujours dans l’écume des événements de la semaine dernière ou craignez-vous d’autres décrochages plus marqués encore du marché actions et de Wall Street en particulier ?

Benjamin Louvet : « Depuis décembre 2017, la séquence de marché est importante ce qui explique le mutisme des Banques Centrales, en particulier la Réserve Fédérale, malgré le mouvement que l’on a connu. »

Jerome Powell, dans son discours qu’il va prononcer devant le Sénat, explique que la Réserve Fédérale reste en alerte et attentive au développement des marchés financiers.

Benjamin Louvet : « L’arrivée de Jerome Powell intervient à un moment « charnière » mais pour le moment, le marché s’inquiète au sujet de l’inflation. Aux Etats-Unis, les chiffres de l’inflation vont être publiés le 14 février 2018. Ceux-ci vont déterminer les événements possibles dans les jours et les semaines à venir.
Si l’inflation est proche des niveaux attendus (1,9% en janvier pour l’inflation globale sur 1 an contre 2,1% en décembre), le marché devrait repartir dans une dynamique plutôt positive et la volatilité devrait continuer à baisser.
A l’inverse, si l’on observe une tension sur l’inflation, le marché pourrait vouloir tester les Banques Centrales, notamment la Réserve Fédérale, les taux pourraient se tendre à nouveau et le marché actions être chahuter une nouvelle fois. Potentiellement, nous pourrions voir également un certain nombre d’acteurs positionnés sur la volatilité, être obligés de déboucler leurs positions, alors qu’ils sont plutôt en position d’attente pour l’instant, voire même pour ceux qui ont eu l’occasion de sortir avant, ils ont même pu recommencer à « shorter la volatilité ». »