Par Béryl BOUVIER DI NOTA

Investir dans l’économie positive

Béryl Bouvier di Nota, Responsable des gestions actions smid cap et gérante de la stratégie positive chez OFI AM, lors de la Conférence OFI sur la thématique : investir dans l'économie positive
L'Agefi TV - 01/02/2018

Béryl Bouvier di Nota, Responsable des gestions actions smid cap et gérante de la stratégie positive chez OFI AM, intervient sur le thème de l'économie positive.

Vous gérez un fonds d’économie positive. Qu’entendez-vous par économie positive ?

Béryl Bouvier di Nota : « L’économie positive concerne toutes les entreprises impliquées dans la protection de l’environnement et des individus pour la société d’aujourd’hui et les générations futures. L’économie positive regroupe toutes les sociétés ayant un impact positif dans des thèmes que nous avons identifiés au préalable : la transition énergétique, la préservation des ressources naturelles, la santé et le bien-être ainsi que le renforcement de la sécurité. »

Vous utilisez également le concept d’impact investing. Comment le définissez-vous par rapport aux critères ESG traditionnels ?

B.B.d.N. : « L’impact investing est un terme qu’il ne faut pas galvauder. On entend par impact investing l’engagement et la mesure de cet engagement dans le temps. A l’inverse de l’ISR qui est une méthode très éprouvée aujourd’hui qui qualifie les pratiques d’une entreprise au niveau de sa gouvernance, du social et de l’environnement, avec l’impact investing, on va plutôt se projeter sur l’activité de l’entreprise et mesurer, juger de la pertinence de son implication à générer un impact positif dans l’un des enjeux du développement durable. »

Comment concilier ces objectifs avec celui du Taux de Rentabilité Interne (TRI) ? Comment vous inscrivez-vous et sur quel horizon ?

B.B.d.N. : « Lorsque nous identifions une société qui nous intéresse sur un thème, nous procédons à une analyse fondamentale assez dépouillée du modèle économique et y intégrons plusieurs dimensions. Nous intégrons la dimension du risque financier et du côté des opportunités, au travers de cette analyse fondamentale, nous regardons l’impact positif sur les enjeux du développement durable sur des thèmes bien précis, son implication et sa performance boursière.
La pratique de l’impact investing nécessite deux éléments : la performance et l’impact positif que cela peut générer pour résoudre l’un des problèmes auxquels est confrontée la planète. »

Pour assurer votre démarche, vous avez besoin de données fiables. Comment les collectez-vous ?

B.B.d.N. : « Les données sont, pour partie, disponibles via des rapports extérieurs car la première étape va être de valider l’implication de la société sur l’un des thèmes qui nous intéresse. Son modèle économique va donc être dépouillé. Nous pouvons nous appuyer sur des données d’associations, d’études extérieures mais également en interne chez OFI Asset Management puisque nous bénéficions des compétences d’une équipe d’analyse ISR qui peut travailler sur certains concepts clé. Aujourd’hui, de toute façon, nous ne pouvons quantifier tous les impacts sur tous les thèmes. Il n’y a pas de mesure officielle. Cela va donc dépendre de l’engagement de la société, de sa transparence ainsi que celle du gérant à sélectionner une valeur. »

Nos fonds & expertises associés

Nos thèmes associés