Classes d'actifs et stratégies qui constituent une opportunité d'investissement - Avril 2019 - Par Eric VAN LA BECK, Yannick LOPEZ, Maud BERT, Benjamin LOUVET

Focus Stratégies

Les entreprises doivent anticiper la transition énergétique et écologique si elles veulent pérenniser leur modèle

Eric VAN LA BECK, Directeur Général chez OFI Pierre
Eric VAN LA BECK
Directeur du Pôle ISR - OFI AM

Notre démarche d’analyse des sociétés prend en compte une vision de long terme.

Près d’un tiers des entreprises cotées européennes (issues du Stoxx 600) appartiennent à des secteurs très intensifs en carbone (automobile, énergie, chimie, construction, transports, utilities…). Ensemble, elles sont responsables de 90% des émissions de Gaz à Effet de Serre (GES) des groupes européens. Nous nous attachons à identifier les plus engagées, parmi ces entreprises, celles qui prennent le mieux en compte les enjeux climatiques et notamment ceux de la Transition énergétique et écologique (TEE). Nous analysons aussi les acteurs d’autres secteurs, tels que la santé, la consommation ou les nouvelles technologies, qui ne sont pas de gros émetteurs directs de GES mais doivent être capables de bien appréhender d’autres enjeux (le recyclage des déchets, la consommation d’eau, les rejets toxiques…).
Notre démarche vise donc à déterminer, dans tous les secteurs, quelles sont les entreprises qui se démarqueront à l’avenir grâce à une bonne appréhension des enjeux qui sont les leurs et, à l’inverse, quelles sont celles dont le modèle économique sera mis à mal par une mauvaise anticipation du risque de transition, c’est-à-dire de l’évolution de la demande de leurs clients, de la pression de la société civile et des contraintes réglementaires.

Nous sommes en effet des investisseurs de long terme, aussi nous nous devons de donner une importance majeure à la durabilité de l’activité dans notre analyse des sociétés. Nous cherchons à privilégier celles qui réussiront à pérenniser leur modèle en intégrant les enjeux du développement durable et apporteront, au cours des années à venir, des solutions qui répondent à la demande d’une clientèle consciente de la nécessité de préserver les ressources de la planète.

Les analyses financières et extra-financières sont combinées

Notre équipe d’analyse ESG (Environnement, Social, Gouvernance) étudie et note 850 sociétés européennes sur la base de facteurs « low carbon » et ESG. Concernant les secteurs carbo-intensifs, nous avons créé une matrice de sélection, qui permet de cartographier les entreprises (de risques forts à opportunités fortes), en plaçant sur l’axe vertical le niveau d’intensité carbone des activités et sur l’axe horizontal le niveau d’avancée dans la transition énergétique et écologique. Les entreprises que nous jugeons comme présentant un risque fort ou un risque modéré sont exclues de l’univers d’investissement, qui compte ainsi 680 sociétés.
Dans un second temps, l'équipe de gestion construit un portefeuille de quelques dizaines de lignes selon un process de sélection combinant potentiel de performance ajustée du risque et profil ISR de chacune des valeurs de l’univers. Associer une analyse extra-financière à une analyse financière des sociétés, dans une perspective de « stock picking », nous amène ainsi à bâtir des portefeuilles de conviction, sans contrainte sectorielle ni géographique.
À l’origine, l’analyse ESG pouvait être considérée comme un outil d’identification des risques, mais il est désormais admis que cette démarche a également pour vocation d’identifier et de valider des opportunités d’investissement.

CLIMATE CHANGE

OFI RS European Growth Climate Change (FCP de droit français, éligible au PEA, agréé par l’AMF et géré par OFI AM) primé pour sa performance climatique*

Climetrics « 5 feuilles »

Le fonds OFI RS European Growth Climate Change fait partie des 10 fonds actions européennes affichant la meilleure performance climatique, parmi les 4 900 fonds actions domiciliés en Europe, selon Climetrics, soutenu par le CDP (anciennement “Carbon Disclosure Project”) et ISS-climate (Institutional Shareholder Services).
Sa notation* (« 5 feuilles ») indique que les sociétés en portefeuille sont, en moyenne, plus efficientes en termes d’émissions carbone, qu'elles intègrent mieux les risques et opportunités liés au climat et qu'elles sont plus susceptibles de déployer des technologies clés favorisant la transition énergétique. Outre la prise en considération dans la notation de la composition du portefeuille et de la stratégie du fonds, Climetrics évalue aussi la Gouvernance Climat mise en œuvre par le Groupe OFI, jugée particulièrement bonne.

* Les références à un classement, un prix et/ou à une notation ne préjugent pas des résultats futurs de ces derniers/du fonds ou du gestionnaire. Les performances passées ne préjugent pas des performances futures. Document promotionnel.

Investir sur des fonds datés permet de concilier à la fois rendement et visibilité

Yannick LOPEZ et Maud BERT, Directeur des gestions Taux et Crédit et Gérante Crédit Haut Rendement - OFI AM
Yannick LOPEZ et Maud BERT
Directeur des gestions Taux et Crédit &
Gérante Crédit Haut Rendement - OFI AM

Depuis le début de l’année 2019, la problématique des taux négatifs est réapparue sur les marchés obligataires. Pour les investisseurs, les fonds datés apportent une réponse à ce défi de taille.

Les fonds datés, ou fonds à échéance, ne sont pas des fonds obligataires comme les autres. Leur but est de contenir une sélection d’obligations arrivant à échéance à des dates semblables, offrant aux investisseurs un horizon d’investissement prédéterminé pour un rendement globalement prévisible.

Une stratégie de « portage » jusqu’à l’échéance des titres

La stratégie d’un fonds daté consiste à acheter des obligations d’entreprises en les conservant jusqu’à leur échéance : il s’agit donc d’une stratégie de « portage » ou « buy and hold ». Pour autant, il reste possible de faire évoluer la sélection de titres au sein du portefeuille, notamment pour retirer un émetteur en difficultés ou prendre des bénéfices sur certains titres.
Lorsqu'il arrive à échéance, le fonds est débouclé et l'actif du fonds est alors redistribué aux investisseurs. Le fonds peut aussi être prolongé pour les investisseurs souhaitant conserver la même stratégie d’investissement : la date d’échéance du fonds est alors modifiée et le portefeuille entièrement réinvesti sur des titres d’échéance plus lointaine.

Une bonne façon d’investir sur les segments « High Yield » et « Investment Grade »

Les fonds à échéance peuvent être des fonds investis en obligations d’émetteurs Investment Grade ou High Yield. Les fonds datés sont souvent des fonds High Yield : le gérant sélectionne des émetteurs ayant pour caractéristique d’émettre des titres à haut rendement en contrepartie d’un risque de crédit également plus élevé. Les fonds datés High Yield sont particulièrement pertinents dans les périodes de taux bas comme celle que nous connaissons.
Dans un contexte où les titres obligataires les plus sûrs (obligations souveraines, obligations de grandes entreprises) offrent des rendements négatifs ou proches de 0%, les titres High Yield deviennent l’un des seuls moyens de dégager des rendements encore consistants sur le segment obligataire.
Qu’il s’agisse de fonds datés High Yield ou Investment Grade, l’intérêt pour les investisseurs est qu’ils peuvent apprécier le rendement espéré du portefeuille, principal moteur de performance à l’échéance du fonds. Cette visibilité sur le niveau du portage du fonds couplée à une stratégie reposant principalement sur un « buy and hold » des positions, font que les investisseurs de long terme peuvent ainsi se considérer moins sensibles aux évolutions ultérieures des marchés obligataires : que les taux du marché montent ou baissent, un fonds daté offrira le même rendement à terme. Néanmoins, la volatilité des marchés pourra engendrer des ajustements de valorisation importants pendant la période de détention. Par exemple, un fonds daté High Yield à horizon 5 ans offrant un rendement d’environ 2% par an, pourrait permettre à l’investisseur de réaliser un gain total de plus de 10% si le fonds est conservé jusqu’à l’échéance. Ceci quel que soit le comportement global du marché obligataire pendant ces 5 ans et en l'absence d'événement de crédit au sein du portefeuille.

FONDS À ÉCHÉANCE

OFI AM dispose d’une solide expertise en fonds datés, avec 11 fonds de ce type lancés depuis 2009. OFI AM propose actuellement les fonds OFI High Yield 2023 et OFI Investment Grade 2021.

OFI High Yield 2023 (FCP de droit français agréé par l’AMF et géré par OFI AM) est un fonds daté investi dans des titres à haut rendement des pays de l’OCDE, sans contrainte de répartition sectorielle ni de taille de capitalisation. Le processus d’investissement est centré sur une analyse de crédit « Bottom up ** » permettant de sélectionner des sociétés attractives aux fondamentaux solides. Le portefeuille est diversifié sur plus de 80 émetteurs. La majorité des obligations détenues en portefeuille sont de notation B+, B ou B- et le fonds comporte au maximum 10% de titres notés CCC.

OFI Euro Investment Grade 2021 (FCP de droit français agréé par l’AMF et géré par OFI AM) est un fonds daté investi dans des titres faiblement risqués de catégorie Investment Grade. Il s’agit de la suite directe du fonds OFI Euro Investment Grade 2019. Le fonds s’adresse principalement aux investisseurs souhaitant sortir de l’univers des taux négatifs tout en évitant le risque de taux, contre lequel le portefeuille est entièrement et systématiquement couvert, et en minimisant le risque crédit lié aux obligations à longue échéance. La majorité des obligations détenues en portefeuille sont de notation BBB+ ou BBB.

** Bottum up : analyses qui prennent en compte les cas spécifiques des entreprises. Les performances passées ne préjugent pas des performances futures. Document promotionnel.

La dette souveraine émergente offre encore une belle prime de risque

Marion BALESTIER, Gérante marchés émergents - OFI AM
Marion BALESTIER
Gérante marchés émergents - OFI AM

Soutenue par un contexte macroéconomique porteur et une réelle amélioration de ses fondamentaux économiques, la dette souveraine émergente constitue aujourd’hui une réelle opportunité d’investissement.

Longtemps délaissée par les investisseurs, la dette souveraine émergente pourrait retrouver grâce à leurs yeux en 2019. L’an dernier, cette classe d’actifs était déjà attractive, offrant des rendements intéressants, mais le contexte géopolitique et notamment les tensions commerciales avaient grevé les performances. Cette tendance est appelée à se renverser cette année.
Alors que le scénario d’une récession mondiale est écarté, le contexte macroéconomique actuel – marqué par une croissance économique modérée – constitue un réel facteur de soutien pour la dette souveraine émergente, en particulier en devise locale.
Le ton accommodant des Banques Centrales depuis le début de l’année, à l’image de la Réserve fédérale américaine (Fed) qui a mis fin à la hausse de ses taux, est aussi de nature à rassurer les investisseurs sur la classe d’actifs. La faiblesse des taux d’intérêt américains, conjuguée à un moindre renforcement du dollar, représente clairement un facteur positif pour la dette émergente en devise locale.
Dans le même temps, la tension semble être redescendue d’un cran entre les États-Unis et la Chine dans la guerre commerciale que se livrent ces deux grandes puissances économiques. Certes, aucun accord n’a encore été signé à ce stade. Mais le ton plus constructif adopté ces derniers mois par les dirigeants américain et chinois laisse présager une issue plus favorable. L’apaisement de ces tensions constitue, là aussi, un facteur de soutien pour la dette émergente en devise locale car elle éloigne, de facto, un risque de ralentissement de l’économie chinoise.

Amélioration des fondamentaux

Si ces facteurs externes soutiennent favorablement les marchés émergents, ces derniers profitent également d’une amélioration notable de leurs fondamentaux économiques du fait de la mise en œuvre de réformes structurelles de la part des gouvernements locaux. En parallèle, depuis le fameux « tapering » (réduction progressive de la politique d'assouplissement monétaire) de la Fed de 2013, les devises émergentes se sont bien dépréciées ces dernières années. Dans ce contexte, les valorisations se révèlent particulièrement attractives et la dette émergente représente une réelle source de diversification dans un portefeuille obligataire.
Pour autant, afin de bénéficier à plein du rebond des marchés émergents, une sélection rigoureuse des valeurs constitue un impératif majeur. Uniquement investi sur la dette souveraine émergente en devise locale, notre fonds OFI Global Emerging Bond Opportunities (FCP de droit français agréé par l’AMF et géré par OFI AM) porte sur une sélection de 12 pays parmi un indice de référence qui en dénombre 19 (en excluant la Chine et l’Inde). Ce portefeuille très concentré, dans le cadre d’une stratégie de portage, permet de dégager un rendement moyen de 8,80%*** contre 6,00% de rendement moyen pour la classe d’actifs.
Ce profil de rendement supérieur au marché est rendu possible par l’effet sélection de pays, tout en conservant une bonne qualité de signature. Le portefeuille affiche une notation moyenne de BBB. Jouer une maturité courte, de trois ans et demi environ, constitue également un atout non négligeable car elle réduit la sensibilité du portefeuille aux évolutions de taux. Autant d’atouts qui font de la dette émergente en devise locale une très belle opportunité d’investissement, tant pour les institutionnels que pour la clientèle en gestion privée.

*** Les performances passées ne préjugent pas des performances futures. Document promotionnel.

DIVERGENCE DETTE ÉMERGENTE ET AUTRES RENDEMENTS OBLIGATAIRES
Évolution des rendements des dettes émergentes par rapport aux autres rendements obligataires

Divergence dette émergente et autres rendements obligataires
Sources : Bloomberg, BOAML au 05/04/2019

Métaux précieux : un contexte favorable à la poursuite de la hausse de l’once d’or

Benjamin LOUVET, Gérant matières premières - OFI AM
Benjamin LOUVET
Gérant matières premières - OFI AM

L’endettement public élevé des économies occidentales rend improbable toute hausse des taux d’intérêt réels. Un élément de soutien à l’or pour des investisseurs en quête de diversification.

Le métal jaune, valeur refuge éternelle ? Au quatrième trimestre 2018, le cours de l’once d’or a, en effet, connu une forte accélération sur fond de craintes quant à la croissance économique et au possible changement d’orientation de la politique monétaire des grandes Banques Centrales. Après la récente correction qui s’explique par une légère surévaluation par rapport au niveau des taux d’intérêt réels (taux nominaux corrigés de l’inflation), le prix de l’or présente toutefois peu de risque de baisse significative au cours des prochains mois.
En effet, il est possible que les taux d’intérêt réels restent bas encore pour un certain temps. L’endettement des grandes économies occidentales rend ce phénomène hautement improbable. La dette publique des États-Unis atteint désormais 105% du PIB (elle ne ressortait qu’à 76% en 2008) et devrait atteindre 135 à 140% du PIB à horizon 2028.
Ainsi, une hausse des taux d’intérêt réels rendrait insoutenable cette progression de l’endettement pour les finances publiques. Or, le maintien des taux d’intérêt réels à des niveaux proches de zéro est un facteur déterminant de soutien aux cours du métal jaune sur la durée.

Les Banques Centrales augmentent leurs stocks d’or

Certes, l’or est un actif qui n’offre aucun rendement, à l’inverse des actions (dividendes) et des obligations (coupons). Mais l’attrait pour le métal jaune devrait se poursuivre, d’autant que la baisse des rendements aboutit à une situation où de plus en plus d’états, et même d’entreprises, émettent des obligations offrant des rendements proches de zéro – voire négatifs, y compris sur des échéances relativement longues. Jerome Powell écarte tout retour imminent à une politique de resserrement monétaire de la Fed, ce qui pourrait se traduire par une hausse du cours de l’or dans les prochains mois. D’autant qu’après un cycle de croissance parmi les plus longs de l’histoire, le dollar devrait avoir du mal à poursuivre sa progression. Et l’or présente généralement une corrélation négative avec le billet vert.
Les Banques Centrales ne s’y sont pas trompées en augmentant leurs achats de réserves d’or durant ces dernières années. En 2018, ceux-ci ont atteint des niveaux records, inédits au cours du demi-siècle précédent. Ce marché voit même revenir à l’achat des acteurs comme les Banques Centrales chinoise et indienne qui contribuent à dynamiser la demande financière pour le métal jaune.

OFI PRECIOUS METALS

Une exposition judicieuse aux métaux précieux

Le fonds OFI Precious Metals (FCP de droit français agréé par l’AMF et géré par OFI AM.) offre une exposition simple et transparente à l’or et aux métaux précieux sans toutefois être investi en valeurs minières. Il est le seul fonds européen dédié aux métaux précieux qui respecte la norme européenne UCITS V. Il permet à ses souscripteurs de s’exposer au cours d'un panier d'actifs réels répliqué synthétiquement à partir d'un indice constitué par l'équipe de gestion. Couvert contre le risque de change, le fonds offre une liquidité quotidienne. Outre l’or, les principaux métaux concernés sont l’argent, le platine et le palladium. Le platine et surtout le palladium entrent dans la composition des pots catalytiques et sont particulièrement prisés des investisseurs.

Achevé de rédiger le 15/04/19

Les chiffres cités ont trait aux années écoulées. Ces placements permettent de profiter du potentiel de performance des marchés financiers en contrepartie d’une certaine prise de risque. Le capital investi et les performances ne sont pas garantis et il existe un risque de perte en capital. Source des indices cités : www.bloomberg.com

Ce document à caractère promotionnel est destiné à des clients professionnels et non professionnels au sens de la Directive MIF. Il ne peut être utilisé dans un but autre que celui pour lequel il a été conçu et ne peut pas être reproduit, diffusé ou communiqué à des tiers en tout ou partie sans l’autorisation préalable et écrite d’OFI Asset Management. Aucune information contenue dans ce document ne saurait être interprétée comme possédant une quelconque valeur contractuelle. Ce document est produit à titre purement indicatif. Il constitue une présentation conçue et réalisée par OFI Asset Management à partir de sources qu’elle estime fiables. Les liens vers des sites web gérés par des tiers, présents dans ce document ne sont placés qu'à titre d'information. OFI Asset Management ne garantit aucunement le contenu, la qualité ou l'exhaustivité de tels sites web et ne peut par conséquent en être tenue pour responsable. La présence d'un lien vers le site web d'un tiers ne signifie pas qu’OFI Asset Management a conclu des accords de collaboration avec ce tiers ou qu’OFI Asset Management approuve les informations publiées sur de tels sites web. Les perspectives mentionnées sont susceptibles d’évolution et ne constituent pas un engagement ou une garantie. Le(s) fonds mentionné(s) dans le document a/ont été agréé(s) par l’AMF ou la CSSF et est/sont autorisé(s) à la commercialisation en France et éventuellement dans d’autres pays où la loi l’autorise. Préalablement à tout investissement, il convient de vérifier si l’investisseur est légalement autorisé à souscrire dans le fonds. Le DICI (Document d’Informations Clés pour l’Investisseur) doit être obligatoirement remis aux souscripteurs préalablement à la souscription. Les règles de fonctionnement, le profil de risque et de rendement et les frais relatifs à l’investissement dans un fonds sont décrits dans le DICI de ce dernier. Le DICI et les derniers documents périodiques sont disponibles sur demande auprès d’OFI Asset Management. Les chiffres des performances citées ont trait aux années écoulées. Les performances passées ne sont pas un indicateur fiable des performances futures. OFI Asset Management se réserve la possibilité de modifier les informations présentées dans ce document à tout moment et sans préavis. OFI Asset Management ne saurait être tenue responsable de toute décision prise ou non sur la base d’une information contenue dans ce document, ni de l’utilisation qui pourrait en être faite par un tiers. Dans l’hypothèse où un fonds fait l’objet d’un traitement fiscal particulier, il est précisé que ce traitement dépend de la situation individuelle de chaque client et qu’il est susceptible d’être modifié ultérieurement. Photos : Shutterstock.com / OFI AM

Nos fonds & expertises associés

Nos thèmes associés