Par Benjamin LOUVET

Fermeté de la BCE : bonne ou mauvaise nouvelle pour les marchés financiers ?

Benjamin Louvet, Gérant des Matières Premières chez OFI AM, intervient sur BFM Business le 6 juin 2018 analyse le comportement des marchés suite au discours de fermeté du Chef Economiste de la BCE
BFM Business - Intégrale Bourse, Le Club de la Bourse 06/06/2018

Benjamin Louvet, Gérant matières premières chez OFI AM, Frédéric Rollin, Conseiller en Stratégie d'investissement chez Pictet Asset Management, et Gustavo Horenstein, Gérant chez Dorval Asset Management interviennent suite au discours de la Banque Centrale Européenne qui montre de la fermeté face à l'Italie.

Peter Praet, Chef Economiste de la Banque Centrale Européenne très influent auprès des marchés financiers, les a fait réagir aujourd’hui suite à son discours de fermeté sur les intentions de la BCE en matière de normalisation. Nous sommes effectivement en train de retrouver un chemin d’inflation qui converge vers l’objectif que se fixe celle-ci.
Il ne fait certainement pas fi des risques actuels, notamment celui de l’Italie, mais il choisit, sans doute volontairement, de faire passer avant tout ce message.

Selon Benjamin Louvet, Peter Praet était effectivement dans l’obligation de tenir ce discours malgré le contexte actuel de tensions commerciales et de risques italiens car dans le cas contraire, il laissait une porte ouverte à l’Italie. De manière très pragmatique, il expose donc la situation et annonce la continuité de la trajectoire fixée par la Banque Centrale Européenne dont le mandat est avant tout la stabilité des prix. Les taux d’inflation remontent ce qui permet de remonter les taux d’intérêt.
Accorder trop d’importance au contexte en Italie dont les intentions vis-à-vis de l’euro ne sont pas vraiment claires, c’est donner trop d’air à son gouvernement. Et si la situation italienne venait à dégénérer, la BCE adapterait son discours et serait obliger de réagir compte tenu du poids et de l’endettement du pays.