Par Eric TURJEMAN

Existe-t-il encore du potentiel pour les marchés actions ?

En juin dernier, OFI Asset Management est repassé négatif sur les actions qui, malgré un été assez volatile, ont continué à progresser.

Contexte des marchés actions

ÉVOLUTION DE L’INDICE MSCI WORLD

Evolution de l'indice MSCI World
Source : Bloomberg - Données au 20/09/2019

Les actions progressent et se situent à leur plus haut historique. Le MSCI World, indice boursier constitué de valeurs cotées dans le monde entier, a retrouvé ses niveaux atteints il y a deux ans (graphique ci-dessus) malgré un été un peu agité.

ÉVOLUTION DE L’INDICE CAC 40 DNR (Dividendes Nets Réinvestis)

Evolution de l'indice CAC 40 DNR
Source : Europerformance - Données au 20/09/2019

En France, l’indice CAC 40, calculé hors dividendes, avait atteint 7000 points dans les années 2000 mais aujourd’hui, en Dividendes Nets Réinvestis (DNR), il se situe à son plus haut historique ce qui signifie que tout investisseur ayant acheté des actions françaises, peu importe la période, se retrouve gagnant, en supposant que le fonds ait suivi la performance du CAC 40.

La faiblesse des rendements des taux explique de tels niveaux.

Une valorisation neutre du marché
Elle se situe à la moyenne des PE (capitalisation cours / bénéfices) des 30 dernières années, autour de 13/14x.
Le niveau de valorisation n’est jamais prédictif. En revanche, on s'aperçoit a posteriori qu’en 2000, le niveau très au-dessus de la moyenne s’est ensuivi d’un krach, et qu’en 2007 et 2012, le niveau très bas a précédé une hausse.

VALORISATION DES MARCHÉS ACTIONS ZONE EURO

Valorisation des marchés actions zone Euro
Source : Factset - Données au 20/09/2019

Le rendement des actions comparé au rendement obligataire dit « sans risque » (rendement des obligations allemandes car l’Allemagne, bien qu’en récession aujourd’hui, est considéré comme l’Etat le plus sûr).

MARCHÉS ACTIONS ZONE EURO : RENDEMENTS ABSOLU ET RELATIF

Marchés actions zone Euro : rendements absolu et relatif
Source : Factset - Données au 20/09/2019

En décembre 2018, tandis que le CAC 40 se trouvait à 4700/4800 points, OFI AM encourageait les investisseurs à être longs sur les actions et d’en racheter, une conviction qui n’était pas partagée par la majorité des opérateurs de marché. L’indice français est aujourd’hui 800 points plus haut. L’argumentaire mis en avant à cette période portait sur la présence d’un rendement à peu près sécurisé qui, compte tenu de la nette différence entre les rendements des actions et celui des obligations, devait éveiller l’intérêt des investisseurs.
Aujourd’hui, ce positionnement est avéré puisque les rendements sont négatifs. Par conséquent, certains placements coûtent de l’argent pendant que les investissements en actions sont censés rapporter 3,5%.

L’absence de placements alternatifs rentables pousse donc les investisseurs vers les actions.

PRÉVISIONS DE CROISSANCE DE L’OCDE

Prévisions de croissance de l'OCDE
Source : OECD Economic Outlook Database & OECD calculations - Données à septembre 2019

L’économie reste tout de même en croissance.
Il existe une corrélation entre la croissance mondiale et le niveau des bénéfices. En effet, quand la croissance mondiale tourne autour de 3%, les sociétés européennes peuvent maintenir leurs bénéfices.
L’OCDE a revu en baisse ses prévisions de croissance (tableau ci-dessus) et anticipe 2,9% pour 2019 et 3% en 2020. Si à 3% de croissance, les bénéfices se maintiennent alors les dividendes devraient également résister. Ceci signifie donc qu’aujourd’hui, le marché procure 3,5% de rendement contre environ -0,5% sur les emprunts de la zone Euro.

Malgré ce contexte, les bénéfices sont tout de même revus en baisse.

MARCHÉS ACTIONS ZONE EURO : CROISSANCE DES BPA (calculée sur le Stoxx)

Marchés actions zone Euro : croissance des BPA
Source : Factset - Données au 20/09/2019

La prévision de bénéfices 2019 est en train de faiblir et au vu de sa pente descendante, les résultats vont certainement être revus à la baisse et retrouver les niveaux de l’année dernière. Pour le moment, un maintien des Bénéfices Par Action (BPA) est donc anticipé ce qui est cohérent avec une croissance à 3%.
La hausse de 10% prévue pour 2020 n’est pas significative car les analystes commencent toujours à ce niveau pour ensuite le réviser au fur et à mesure de la publication des résultats des sociétés et de leurs guidances.

Panorama des différents risques

Malgré un contexte plutôt favorable aux actions, OFI AM conseille la prudence et conserve son positionnement négatif sur la classe d’actifs en raison des nombreux risques présents.

Guerres commerciales

Guerres commerciales

États-Unis / Iran

États-Unis / Iran : les risques d'escalade

Brexit

Brexit : le flou persiste

Marchés de taux

Marchés de taux : un signal de récession ?
Sources : Aurel BGC, lesplusbeauxdrapeauxdumonde.com, Oddo-BHF Research, Exane BNP Paribas estimates, Datastream

La guerre commerciale entre les Etats-Unis et la Chine perdure et celle entre les Etats-Unis et l’Europe commence à peser sur le marché automobile allemand. Cette montée du protectionnisme un peu partout dans le monde risque de peser sur la croissance. Personne ne sait quelle va être la tournure des événements. Et même si les discussions aboutissaient à un accord, la certitude que celui-ci soit respecté par Donald Trump n’est pas évidente.

Le risque géopolitique entre les Etats-Unis et l’Iran. Le marché ne tient pas compte du bombardement des infrastructures pétrolières en Arabie Saoudite et ne parie pas aujourd’hui sur l’escalade d’un conflit.

Marchés de taux : un signal de récession ? A travers les niveaux de taux très bas, même négatifs, et leurs politiques si accommodantes, le marché de taux long terme et les Banques Centrales alertent sur l’approche d’une récession ou d’une croissance extrêmement faible.
Si les Banques Centrales sont dans le vrai et que, contrairement aux investisseurs, elles voient une récession plus forte qu’anticipée poindre à l’horizon, alors les 3% de croissance ne seront pas atteints, les bénéfices ne se maintiendront pas et les dividendes non plus.
Inversement, si les Banques Centrales et les marchés obligataires se trompent et que la croissance est plus forte que prévue, alors les taux remonteront et l’écart qui a poussé les flux vers les marchés actions se contractera.

Brexit : le flou persiste, l’échéance se rapproche.
Le Premier Ministre britannique, Boris Johnson, lutte toujours contre le Parlement.
La Cour suprême britannique vient de juger « illégale » la suspension du Parlement qu’il avait ordonné.
Le schéma ci-contre présente tous les scénarios envisagés :

  • si Boris Johnson est destitué ou pas ;
  • si des élections anticipées ont lieu ou pas ;
  • si, en fonction des élections, ce sont les travaillistes qui prennent le pouvoir ou les conservateurs ;
  • avec quelle majorité ?

Tout éventualité est possible, y compris l’absence de Brexit.

BREXIT : LES SCÉNARIOS ENVISAGÉS

Brexit : les scénarios envisagés
Source : Statista, septembre 2019

NUAGE DE POINTS DES PROJECTIONS FF DU BOARD

Projections FF du board
Source : Bloomberg, Données au 18/09/2019

Sur le graphique ci-dessus, les anticipations des membres de la Fed (« Dots ») s’affichent en moyenne plutôt à hausse, même modérée, sur les taux courts.

Board BCE
Source : Pictet WM – CIO Office

Du côté de la BCE qui vient de baisser ses taux et de mettre en œuvre de nouvelles mesures d’assouplissement monétaire, le « board » est relativement divisé :

  • d’un côté, les membres accommodants (« Doves »), dont Mario Draghi, et généralement des pays du sud ;
  • de l’autre, les membres qui, à l’inverse, étaient plutôt opposés à l’assouplissement monétaire dont l’Allemagne et la France.

Christine Lagarde va donc prochainement prendre ses fonctions et se heurter à un Conseil très divisé.

Les marchés actions ont bénéficié depuis quelques mois du niveau anormalement bas des taux par rapport aux attentes de croissance mondiale. Si les taux étaient amenés à se redresser ne serait-ce que légèrement, ce moteur s’affaiblirait.

Panorama des différents secteurs

L’année boursière est excellente pour la majeure partie des secteurs. « Basic Resources » est le secteur qui a le moins profité de la hausse tout en affichant +4%.

Il existe cependant une dichotomie assez forte entre les secteurs plutôt défensifs et les cycliques. En effet, pour les investisseurs, une croissance faible impacte forcément les secteurs cycliques de manière négative (« Automobiles », « banks ») et à l’opposé, permet aux secteurs bénéficiant d’une grande visibilité de tirer leur épingle du jeu (« Food & Beverages »).

La méthode d’analyse des actions repose sur l’actualisation des bénéfices à l’infini.
En actualisant avec des taux très faibles, voire négatifs, des bénéfices dotés d’une grande visibilité, la valorisation en ressort beaucoup plus forte. Mais dès que les taux remontent, le dénominateur remonte également et le PE doit diminuer.

MARCHÉS ACTIONS ZONE EURO : PERFORMANCES SECTORIELLES

Food & Beverage
30,9%
Construction & Materials
30,7%
Technology
29,2%
Personal & Household Goods
27,9%
Financial Services
25,7%
Industrial Goods & Services
25,1%
Utilities
23,9%
Chemicals
21,9%
Insurance
20,9%
Euro Stoxx
19,5%
Healthcare
17,5%
Retail
17,7%
Automobiles & Parts
14,9%
Media
11,7%
Oil & Gas
9,8%
Real Estate
9,5%
Banks
5,9%
Telecommunications
5,5%
Travel & Leisure
3,8%
Basic Resources
3,6%
Source : Factset, Données au 19/09/2019

Conclusion

Profitant de taux d’intérêts court terme et long terme de plus en plus bas, les marchés actions battent leurs records historiques un peu partout dans le monde.

Il n’existe actuellement aucun placement alternatif et cette situation est problématique pour les investisseurs institutionnels qui ont l’obligation de réaliser des placements, contrairement aux particuliers qui peuvent toujours laisser leur argent sur leur compte en banque. Face à des obligations qui rémunèrent à -0,5%, ils se dirigent vers les actions faute de mieux.

En l’absence de révisions positives des « earnings », on assiste à l’expansion des Price Earning Ratio (PER).

Face aux risques toujours prégnants concernant la guerre commerciale, les tensions géopolitiques, le Brexit et l’inadéquation entre le niveau des taux d’intérêt et les prévisions de croissance mondiale, OFI Asset Management maintient son positionnement négatif sur la classe « actions ».

Enregistrement effectué le 26/09/2019

Les chiffres cités ont trait aux années écoulées. Ces placements permettent de profiter du potentiel de performance des marchés financiers en contrepartie d’une certaine prise de risque. Le capital investi et les performances ne sont pas garantis et il existe un risque de perte en capital.

Ce document à caractère promotionnel est destiné à des clients professionnels au sens de la Directive MIF. Il ne peut être utilisé dans un but autre que celui pour lequel il a été conçu et ne peut pas être reproduit, diffusé ou communiqué à des tiers en tout ou partie sans l’autorisation préalable et écrite d’OFI Asset Management. Aucune information contenue dans ce document ne saurait être interprétée comme possédant une quelconque valeur contractuelle. Ce document est produit à titre purement indicatif. Il constitue une présentation conçue et réalisée par OFI Asset Management à partir de sources qu’elle estime fiables. Les liens vers des sites web gérés par des tiers, présents dans ce document ne sont placés qu'à titre d'information. OFI Asset Management ne garantit aucunement le contenu, la qualité ou l'exhaustivité de tels sites web et ne peut par conséquent en être tenue pour responsable. La présence d'un lien vers le site web d'un tiers ne signifie pas qu’OFI Asset Management a conclu des accords de collaboration avec ce tiers ou qu’OFI Asset Management approuve les informations publiées sur de tels sites web. Les perspectives mentionnées sont susceptibles d’évolution et ne constituent pas un engagement ou une garantie. Le(s) fonds mentionné(s) dans le document a/ont été agréé(s) par l’AMF ou la CSSF et est/sont autorisé(s) à la commercialisation en France et éventuellement dans d’autres pays où la loi l’autorise. Préalablement à tout investissement, il convient de vérifier si l’investisseur est légalement autorisé à souscrire dans le fonds. Le DICI (Document d’Informations Clés pour l’Investisseur) doit être obligatoirement remis aux souscripteurs préalablement à la souscription. Les règles de fonctionnement, le profil de risque et de rendement et les frais relatifs à l’investissement dans un fonds sont décrits dans le DICI de ce dernier. Le DICI et les derniers documents périodiques sont disponibles sur demande auprès d’OFI Asset Management. Les chiffres des performances citées ont trait aux années écoulées. Les performances passées ne sont pas un indicateur fiable des performances futures. OFI Asset Management se réserve la possibilité de modifier les informations présentées dans ce document à tout moment et sans préavis. OFI Asset Management ne saurait être tenue responsable de toute décision prise ou non sur la base d’une information contenue dans ce document, ni de l’utilisation qui pourrait en être faite par un tiers. Dans l’hypothèse où un fonds fait l’objet d’un traitement fiscal particulier, il est précisé que ce traitement dépend de la situation individuelle de chaque client et qu’il est susceptible d’être modifié ultérieurement.

Nos thèmes associés