Par Yannick LOPEZ

Début de semaine en très légère baisse

Yannick Lopez, Directeur de la gestion taux chez OFI Asset Management : début de semaine en très légère baisse
BFM Business - Intégrale Bourse 08/07/2019

Yannick Lopez, Directeur de la gestion taux chez OFI Asset Management

En vue du prochain FOMC (Federal Open Market Committee) qui se tiendra les 30 et 31 juillet, une baisse de 25 points de base des taux de la Fed a déjà été pricé par le marché. Compte tenu de la volatilité des propos entendus ces derniers temps en ce qui concerne la politique monétaire, ne pas appliquer cette baisse aggraverait l’instabilité actuelle. Il est donc très probable que la Fed s’y résout même si l’urgence d’inverser la tendance et de baisser les taux aujourd’hui n’est pas avérée, les statistiques de l’emploi communiquées vendredi dernier l’ont d’ailleurs rappelé. D’ici la prochaine réunion de Fed, les nombreuses statistiques à venir, notamment le CPI américain, ne devront pas se montrer trop satisfaisantes si une baisse des taux de 25 points de base doit être justifiée.

Les Banques Centrales se concentrent actuellement sur la stabilité des marchés financiers, notamment les actions, au détriment de leur objectif initial, l’inflation.

Les marchés actions sont de plus en plus dépendants des Banques Centrales et leur valorisation se retrouve quasiment administrée par celles-ci. La statistique et le mouvement de marché de vendredi dernier l’illustrent très bien : la publication d’une bonne statistique pour l’économie américaine a orienté les actions à la baisse et entraîné un écartement des spreads de crédit. Le rallye colossal observé sur l’ensemble des bourses et des classes d’actifs depuis le début de l’année est mené par les anticipations d’une politique ultra accommodante des Banques Centrales où tout est corrélé positivement, même en cas de mauvaise nouvelle.

Les Banques Centrales n’orientent plus les marchés de taux mais les administrent.

Auparavant, les courbes de taux étaient orientées par les Banques Centrales qui pilotaient uniquement leur partie courte mais la création du Quantitative Easing les a totalement mises sous influence. Sur les taux 10 ans allemand et américain, les Banques Centrales ont calculé que la prime de terme liée à l’achat d’une obligation longue était négative de près de 100 points de base. Si elles n’agissaient pas de la sorte sur les marchés obligataires, les taux américains et allemands se situeraient à une centaine de points de base au-dessus de leurs niveaux actuels.
Les Banques Centrales ont donc un impact majeur sur l’ensemble de la courbe des taux.

Les Banques Centrales tentent de stabiliser l’ensemble des marchés financiers à un moment où les incertitudes géopolitiques et macroéconomiques sont très importantes. Elles servent de rempart à tout éventuel risque de retour de la volatilité.