Par Jean-Marie MERCADAL

Dans quel environnement de marché se trouve-t-on et comment interpréter la hausse des taux d'intérêt italiens ?

BFM Business - Intégrale Placements, le face à face 29/10/2018

Le face à face, présenté par Guillaume Sommerer sur BFM Business, a opposé Jean-Marie Mercadal, Directeur Général Délégué en charge des gestions chez OFI AM, et Pierre Sabatier, Président de Prime View.

Dans quel environnement de marché se trouve-t-on ? par Jean-Marie Mercadal, Directeur Général Délégué en charge des gestions chez OFI AM

Dans quel environnement de marché se trouve-t-on ?

Nous sommes manifestement dans un cycle baissier. Les marchés européens en dehors du CAC 40 et des marchés Euronext sont, malgré tout, plutôt bien orientés et la tendance est aujourd’hui à la stabilisation en Europe. Avons-nous suffisamment baissé désormais ?

Nous sommes actuellement dans des flux de marchés très négatifs où les investisseurs anticipent un avenir plutôt noir avec des corrections de l’ordre de 10% sur les bourses européennes et américaines.
Cette situation est due à de nombreuses raisons comme la crainte d’une guerre commerciale, le manque de visibilité de la gouvernance de la zone Euro… mais dans le fond, les marchés craignent un ralentissement économique plus fort qu’attendu.
Malgré une baisse des prévisions de croissance en zone Euro à 2% aujourd’hui contre 2,5% en début d’année, le niveau reste correct mais le Momentum ralentit un peu partout. Même aux Etats-Unis, où le cycle a été prolongé grâce aux mesures fiscales de Donald Trump, on peut observer quelques craintes sur le ralentissement à venir du fait de la guerre commerciale, de la décélération de la Chine…
Dans ce contexte, la vraie question à se poser est : dirigeons-nous vers un ralentissement économique mondial marqué ou pas ? Tant qu’aucun élément de réponse n’est apporté, les investisseurs restent à l’écart et certaines configurations techniques de marchés deviennent dangereuses.
Maintenant, faut-il s’attendre à un krach boursier de grand ampleur ou pas ? Chez OFI Asset Management, nous pensons que non. La situation actuelle nous rappelle plutôt la période boursière entre fin 2015 et début 2016 où, suite à une baisse du pétrole, les marchés s’étaient inquiétés des conséquences possibles sur les investissements du secteur. Egalement durant l’été 2015, un problème sur la Chine avait entraîné une baisse du CAC 40 de 20% et du S&P de 10%.
Nous nous trouvons plutôt dans une configuration comme celles-ci plutôt qu’à l’aube d’une année à l’image de 2008.

Comment interpréter la hausse des taux d'intérêt italiens ? par Jean-Marie Mercadal, Directeur Général Délégué en charge des gestions chez OFI AM

Comment interpréter la hausse des taux d'intérêt italiens ?

Soulagée que l'agence Standard and Poor's ne dégrade pas la note de la dette souveraine italienne, la Bourse de Milan a ouvert en nette hausse ce lundi matin.

Jusqu’où va aller le conflit entre Rome et Bruxelles ?

En parlant au marché d’un écart de taux entre les rendements allemands et italiens de 400 points de spread, le nouveau gouvernement italien a fait une grave erreur car, généralement dans ces cas-là, le marché va aller tester, ce qui signifie que l’agitation à court terme n’est pas finie.
Après, la vraie question à se poser est : l’euro va-t-il être sauvé ou pas ?
Chez OFI Asset Management, nous pensons que l’euro sera sauvé in fine mais il faut attendre les élections européennes.

Nos thèmes associés