Par Jean-Marie MERCADAL

Cap sur la bourse du 08/12/2017

Jean-Marie Mercadal, Directeur Général Délégué en charge des gestions chez OFI AM, revient sur l'actualité boursière de la semaine dans l'émission Cap sur la Bourse sur Le Figaro.fr.
Le Figaro.fr - Cap sur la Bourse 08/12/2017

Jean-Marie Mercadal, Directeur Général Délégué en charge des gestions chez OFI AM, et Roland Laskine reviennent sur l'actualité boursière de la semaine.

Roland Laskine : « L’objectif d’OFI Asset Management est de gérer près de 100 milliards d’euros d’ici 4 ans. Sur quels types d’actifs comptez-vous vous développer aussi fortement ? »

Jean-Marie Mercadal : « Nous essayons de nous développer sur toutes les classes d’actifs mais principalement sur les fonds diversifiés puisque nous souhaitons toucher une nouvelle clientèle, celle des particuliers. Nous tentons également de nous développer à l’international et avons pour cela noué un certain nombre de partenariats, notamment avec une banque allemande. Détenue par des mutuelles, OFI Asset Management possède aujourd’hui une clientèle essentiellement institutionnelle qui investit majoritairement en obligations pour des raisons bien souvent réglementaires. Mais depuis quelques années déjà, nous mettons le cap sur les actions. »

L’ACTU BOURSIERE DE LA SEMAINE

Roland Laskine : « Cette semaine, cap sur l’étude de Benjamin Louvet, Gérant Matières Premières chez OFI Asset Management : voiture électrique, la route est-elle encore longue ? Il nous explique que malgré un bon fonctionnement, il réside quelques problèmes : l’électricité n’est pas si peu polluante que ça, surtout si elle est produite avec des usines à charbon en Pologne ou en Allemagne ; l’autonomie des batteries est en progrès mais il n’est pas certain qu’elle réussira un jour à égaler le moteur thermique ; les coûts de détention, les coûts d’achat et le coût également pour les pouvoirs publics qui les subventionnent. Alors, faut-il être prudent sur le secteur automobile ? »

Jean-Marie Mercadal : « La voiture électrique est un thème d’actualité car dans beaucoup de pays, le pouvoir public incite les usagers à rouler à l’électrique. Les constructeurs automobiles se trouvent donc face à l’obligation de proposer une offre de véhicules électriques. Dans quelques années, au sein des grandes villes, nous ne pourrons plus rouler avec des moteurs thermiques même si l’étude explique que le chemin va être long.
L’américain Tesla, numéro un du secteur, s’est lancé sur l’électrique haut de gamme avec ses propres modèles. Aujourd’hui, en bourse, Tesla vaut autant que BMW (50 milliards de dollars environ) alors que la société vend beaucoup moins de voitures que BMW. Cela commence à bruler beaucoup de cash. Il n’est pas certain que ce modèle soit le modèle d’avenir. A ces niveaux-là, c’est sans doute un peu dangereux mais les Etats-Unis sont un pays où l’on peut croire à des ruptures. Tesla en est peut-être une mais rien n’est sûr. Nous préférons les valeurs plus classiques.
Les constructeurs vont devoir développer le tout électrique et l’hybride en parallèle. A plus long terme, ils vont devoir répondre à l’offre de la voiture autonome. Les constructeurs sont donc dans l’obligation d’investir mais cela est déjà pris en compte dans les cours de bourse. »